Atalante, l'esprit Trek

Actu du trek

Portraits de guides

Randonnée à Skaftafell en Islande ©Bertrand Sinssaine

L’Islande sauvage, à travers les yeux de notre guide arctique Clément

L’Islande sauvage, à travers les yeux de notre guide arctique Clément

Passionné des terres polaires depuis toujours, Clément est un grand voyageur. Après une première saison en tant que logisticien sur notre base, il rejoint très vite notre équipe de guides qui s’épanouissent vers un objectif commun : partager leurs passions et faire découvrir un pays aux richesses inépuisables. De retour au pays des trolls pour sa cinquième saison, Clément répond à nos quelques questions.

Paysages d'Islande - Clément Legain

Paysages d’Islande en été ©Clément Legain

Quel est ton trek préféré en Islande ? 

Le trek de Laugavegur entre Landmannalaugar et Thórsmörk. On y traverse des sites exceptionnels qui résument à eux seuls la beauté sauvage de l’Islande. Pendant plusieurs jours, on a l’impression de marcher sur une autre planète, voire sur la lune. Ce n’est pas pour rien que les Américains étaient venus s’y entraîner avant leur mission sur la lune !

Sur 55 km, on évolue à travers des paysages contrastés. Le trek commence au Nord dans un environnement minéral et va en direction du Sud où se trouvent des forêts verdoyantes. Le Landmannalaugar est une zone géothermique perdue au milieu des Hautes Terres : les tons jaunes, oranges et verts des montagnes tranchent avec les coulées de lave noires de la région. On y trouve très peu de végétation. Il y a de nombreux endroits où se baigner dans des eaux thermales. Puis au fur et à mesure des étapes, la végétation réapparait. Dans la région de Thórsmörk, on traverse des vallées verdoyantes, des ruisseaux, etc. Chaque soir, on monte les campements dans des décors majestueux, toujours entourés de montagnes.

C’est un trek accessible à tous types de randonneurs car il y a peu de dénivelés. Compte tenu de ces facteurs, il peut être très fréquenté pendant la haute saison. C’est important de partir avec un guide qui connait bien la région et notamment les variantes pour ne pas se retrouver avec une foule de randonneurs.

Les montagnes multicolores de Landmannalaugar ©Clément Legan

Les montagnes multicolores de Landmannalaugar ©Clément Legain

Comment caractériserais-tu le climat en Islande ?

Instable ! (rire*)

Le dicton « Si vous n’aimez pas le temps qu’il fait, attendez quelques minutes » s’applique parfaitement à l’Islande. Pendant nos randos, on est toujours en suspens à se dire « Vais-je avoir la chance de… ? ». Pour moi, le climat islandais est comme les aurores boréales : imprévisible. Par contre, cette intensité donne également l’impression de vivre des moments uniques quand la météo est favorable. On se sent réellement chanceux lorsque les nuages se dissipent soudainement laissant place à des jeux de lumières incroyables !

Que trouve-t-on en Islande et nulle par ailleurs ?

Nulle part ailleurs on ne trouve une telle densité de caprices naturels : volcans, glaciers, icebergs, cascades, rivières d’eau chaude, paysages lunaires, caldeiras gigantesques, montagnes multicolores… Les sources chaudes liées à l’activité géothermique en sont une belle illustration. Se baigner dans une eau à 40 degrés après une journée de marche, quel bonheur ! C’est presque une religion ici, les bains font partie des traditions culturelles islandaises. Les Islandais se donnent régulièrement rendez-vous dans ces « hot pots » pour échanger sur leur quotidien.

A partir de mi-août, l’Islande devient l’un des meilleurs spots au monde pour observer les aurores boréales. Il n’est pas rare d’en apercevoir pendant nos séjours. Ça me rappelle un moment fort avec un de mes groupes. Pendant la Traversée Nord-Sud de l’île, on randonnait à l’intérieur des terres au mois de septembre. Autant dire qu’il n’y avait aucune pollution lumineuse. Malgré cela, impossible d’apercevoir une seule aurore de tout le séjour. Mais le dernier soir, quelques heures avant de prendre l’avion, le ciel de Reykjavik nous offre ce spectacle captivant pendant quelques minutes. C’était la dernière chance et sans doute la meilleure façon de finir notre séjour !

Aurore boréale dans la péninsule de Snaefellsnes ©Joshua Earles

Aurore boréale dans la péninsule de Snaefellsnes ©Joshua Earles

Quels animaux sauvages croise-t-on le plus souvent en Islande ?

Avant l’arrivée des premiers colons, il n’y avait sur cette île volcanique qu’une faune sauvage endémique. En s’installant en Islande, les premiers vikings ont importés des troupeaux de mammifères à fins d’élevage comme les fameux moutons et chevaux islandais.

Côté monde sauvage, c’est principalement dans les airs et les eaux que l’on observe des animaux. On a plus de chance de les apercevoir lorsqu’on voyage sur la côte. C’est notamment le cas pendant notre Grand Tour de l’île. L’Islande est un vrai paradis pour les ornithologues, elle abrite une variété impressionnante d’oiseaux migrateurs. Les macareux moines, petits oiseaux à la démarche maladroite, sont les plus emblématiques de l’île. Comme les oiseaux n’ont quasiment aucun prédateurs ici, on peut les approcher très facilement, pour le plus grand bonheur des photographes !

Le Nord de l’Islande, et plus particulièrement la baie d’Husavik, est réputé pour être la première destination d’observation des mammifères marins en Europe : les baleines se trouvent à seulement quelques mètres du bateau, c’est impressionnant. Enfin, avec un peu de chance, il nous arrive de croiser le renard polaire pendant nos voyages.

Macareux moine le long des falaises de Latrabjarg ©Clément Legain

Macareux moine le long des falaises de Latrabjarg ©Clément Legain

Un lieu insolite à nous recommander ?

La vallée de Geldingadalur où se trouvent les nouvelles coulées de lave suite à l’éruption du volcan Fagradalsfjall. J’ai eu la chance de les visiter il y a quelques jours. C’est un spectacle hypnotisant : ça rugit, ça réchauffe (ce qui n’est pas désagréable quand il fait 5° avec des rafales à 75 km/h). On assiste à la nouvelle création de roche, une sorte de naissance géologique. La lave qui s’en écoule provient d’un magma profond d’environ 100km et sort à plus de 1 000 degrés. De penser que tout ça n’est qu’une infime partie de ce qui se passe sous nos pieds nous rappelle que nous ne sommes rien par rapport à dame nature. C’est un évènement naturel rare. Nous avons adapté tous nos circuits pour que les voyageurs qui découvriront l’île cet été ne manquent rien de ce spectacle !

Eruption du volcan Fagradalsfjall ©Clément Legain

Eruption du volcan Fagradalsfjall ©Clément Legain

 

Nos voyages en Islande, c’est par ici →

La Réunion ©Bertrand Sinssaine

Rencontre avec Antoine, guide à La Réunion

Rencontre avec Antoine, guide à La Réunion

Originaire des Pyrénées-Atlantiques, Antoine a 42 ans. Installé sur l’île de la Réunion depuis plus de 15 ans, il s’est spécialisé dans les voyages à pied à travers l’île et est l’un des principaux guides de notre agence locale depuis 9 ans. Trek après trek, Antoine partage avec passion ses connaissances sur la diversité du patrimoine naturel réunionnais avec nos voyageurs !

Antoine, guide local à la Réunion

©Bertrand Sinssaine

Randonner à la Réunion, c’est pour qui ? 

L’île de la Réunion est un incontournable pour tous les amoureux de montagnes et de randonnée. La variété et la diversité des paysages sont la force de notre île. On y trouve des extrêmes, comme par exemple des forêts primaires tropicales humides avec un mélange assez dense de végétation endémique (fougères arborescentes, grands arbres, plantes épiphytes, lichens, mousses, lianes, etc.) ou à l’inverse, des paysages volcaniques très jeunes en constante évolution, façonnés par les différentes coulées de lave avec des couleurs et textures diverses. 

Des autotours composés de randos accessibles aux treks très sportifs, l’île offre des options pour tout type de marcheurs. La Grande Traversée de la Réunion fait partie des trekkings incontournables au même titre que le GR20 en Corse ou le GR10 dans les Pyrénées !

Quand partir à la Réunion ?

La meilleure période pour randonner à l’île de la Réunion est d’avril à novembre, avec une préférence pour mai/juin et septembre/octobre. Ces périodes offrent un bon équilibre entre la saison sèche (avec peu de précipitations) et un climat agréable pour randonner (il fait ni trop chaud, ni trop froid).

Sachez que pendant les mois de juin et septembre, les sentiers sont bien les moins fréquentés !

Cirque de Mafate

Cirque de Mafate ©Shutterstock

Ton trek préféré ?

La traversée intégrale de l’île sans hésiter ! Elle peut se faire du Sud au Nord ou du Nord au Sud et on découvre la totalité de la diversité de l’île sur un trek de 10/12 jours. Au niveau des paysages, on traverse tout d’abord différents types de forêts comme Mafate par exemple, forêt assez sèche et aride dans la partie basse. On arrive ensuite dans des forêts qu’on appelle “bois de couleurs”, qui, elles sont bien plus humides. Puis on évolue à travers les volcans, avec une végétation que l’on trouve en haute altitude sur l’île. On finit enfin dans une magnifique forêt primaire en rejoignant la mer. Le parcours est jalonné de points de vue splendides permettant de voir ce que l’on a déjà parcouru et là où l’on va.

Cette traversée est presque aussi intense que la Réunion ! 

Ton meilleur souvenir de rando/trek ? 

Dur dur de mettre en lumière un moment en particulier quand je pense à tous les bons moments partagés avec les groupes que j’ai pu encadrer. C’est d’ailleurs la richesse des rencontres qui caractérise toute la beauté de notre métier d’accompagnateur et les valeurs que l’on cherche à mettre en avant lors de nos voyages.

Les soirées chez notre hôte Jean Raymond, dans les hauts plateaux de la Plaine des Cafres, entre le Piton des Neiges et le Piton de la Fournaise, sont le plus souvent mémorables. Vraie figure locale, Jean Raymond est un producteur de rhum arrangé connu pour sa générosité et pour « remettre le niveau dans le verre » comme on dit par ici. Je vous laisse imaginer la convivialité de ces soirées après une bonne journée de marche !

Nuit chez l'habitant

Nuit chez l’habitant ©Bertrand Sinssaine

Un lieu insolite / secret à nous recommander ?

Le Cap Jaune dans le Sud Sauvage. C’est un lieu hors norme né d’une éruption sous marine. Les falaises ont pris une couleur jaune absolument incroyable. Au coucher de soleil, ces paysages prennent une ampleur magique. L’endroit est facilement accessible mais assez peu connu par les voyageurs !

 

Tous nos treks à la Réunion, c’est par ici →

Contactez nous

Suivez nous

Newsletter

S'inscrire

© Atalante, l'esprit Trek 2018 - Plan du site - Mentions légales - Accès Partenaires - Membre du réseau Altaï, actif de nature